Le livre de cuisine sur le thème du porc, quelques recettes ne font pas sujets attentes d’amateurs de cuisine

Ce livre de cuisine est un merveilleux titre pour découvrir et réaliser des recettes sur le thème du porc. Ce qui plaît à première vue, c’est la présentation du livre. La couverture comporte des carreaux rose clair sur fond blanc. Les pages intermédiaires, que le livre divise en sections thématiques, sont également conçues selon le même modèle. Le ruban a un rose cochon si merveilleux que vous n’osez presque pas l’utiliser. Et les illustrations de José Reis de Matos sont assez drôles.

Il y a des problèmes avec le reste. Cela commence par les photos, qui sont toutes très, très rustiques. Peu importe qu’il s’agisse de la présentation des plats ou des personnes qui sont présentées dans le livre. On dirait qu’ils sont d’un autre temps. Et ils le sont probablement. Bien que le présent livre ait été publié en Allemagne en 2010, ce qui peut être oas commode pour l’acheteur, par le fait est qu’il existe déjà une édition en langue allemande avec le titre « Schwein

Le livre de cuisine absorbant : pas pour le consommateur moyen

Certaines des recettes du livre peuvent provoquer désarrois,Il s’adresse sans doute au consommateur moyen, qui trouvera ici de nombreuses idées sur ce qu’on peut faire avec le porc. Et là, vous pouvez vraiment tout trouver ! En commençant par l’éloge de l’abattage à domicile en province française, en passant par la présentation des saucisses qui y sont produites, il existe des recettes pour presque toutes les parties du porc. Qu’il s’agisse du foie ou de la langue, des joues, des oreilles, du ventre, de la longe ou de l’épaule.

Cependant, ces recettes, nous reprenons le groupe cible, sont en partie inadaptées aux personnes qui ne font que balancer la cuillère de temps en temps. Avec certaines recettes, on a l’impression qu’il manque des passages ou des ingrédients entiers.

Monsieur ! Cela ne marchera pas !

Le meilleur exemple est un « rôti d’épaule au lait ». On se demande ici pourquoi ce morceau d’épaule de porc, qui n’est mis dans un plat à gratin que dans deux litres de lait puis mis au four pendant deux heures, a reçu le nom de « rôti » en premier lieu.

Il n’y a ni sel ni poivre. Seuls l’ail, le thym, le romarin et le laurier qui sont ajoutés. Excusez-nous, M. Stéphane Renoan, ce n’est pas un rôti. Du moins, aucune qui ait bon goût.

Cela me semble si absurde que vous pouvez même encore tenter de l’essayer. Cependant, c’est sûr que ce serait du gâchis pour la viande.

Bien sûr, il y a aussi des choses intelligentes comme les soupes, les pâtés, les rillettes, bouillies et frites. Mais comme déjà mentionné, vous devez absolument apporter des compétences en matière de cuisine. En outre, il faut de la volonté et de l’expérience avant de commencer à vérifier la pertinence des recettes actuelles.

Schiller convient toujours

Une fois que vous aurez décidé d’acheter l’ouvrage, vous recevrez un magnifique livre de cuisine dans lequel 127 recettes à base de porc, de cochon de lait ou de sanglier vous invitent à les essayer.

Mais si vous vous souvenez de la cloche du bon vieux Schiller lorsque vous achetez un livre, la phrase : « Examinez donc celui qui se lie éternellement » pourrait également vous venir à l’esprit. Vérifiez donc d’abord sur votre étagère si la première édition du livre est déjà disponible.

Le livre de cuisine absorbant : Avec 127 recettes Stéphane Reynaud Editeur : Christian (septembre 2010) 24,8 x 20,4 x 4 cm 368 pages ; 29,95 euros

Langue de veau au raifort. Tout simplement délicieuse
De délicieuses joues de porc ! Bouilli, glacé et légèrement fumé