La viande et le fromage favorisent le cancer

Publié le : 24 mars 202110 mins de lecture

Ceux qui aiment la viande et le fromage meurent plus tôt et du cancer aussi. C’est ainsi que l’on pourrait résumer, très approximativement, les résultats d’une étude de l’Université de Californie.

Des protéines animales aussi nocives que les cigarettes

Le steak dans votre assiette peut être aussi mortel pour vous, à long terme, qu’une cigarette. C’est l’avis de chercheurs californiens qui étudiaient un lien entre le risque de décès et les protéines animales. Leur étude, dans laquelle ils ont évalué des données provenant de plus de 6 000 personnes, a été publiée dans la revue Cell Metabolism.

Protéines animales : plus de cancers et une mort précoce en résultent

La consommation excessive de protéines animales a été associée à une augmentation spectaculaire du risque de cancer pendant de nombreuses années. L’étude des Californiens l’a confirmé et en a appris encore plus.

Une alimentation riche en protéines animales est donc un facteur de mortalité aussi grave que le tabagisme.

Le Dr Valter Longo, professeur de biogérontologie (la science du vieillissement) et directeur de l’Institut de la longévité à l’Université de Californie, déclare « Il ne s’agit pas de savoir comment se nourrir pour survivre les trois prochains jours, mais comment se nourrir pour vivre jusqu’à 100 ans ».

Un régime riche en protéines n’en fait évidemment pas partie.

Qu’est-ce qu’une haute teneur en protéines et qu’est-ce qu’une faible teneur en protéines ?

On considère qu’un régime alimentaire est riche en protéines si au moins 20 % des calories quotidiennes sont consommées sous forme de protéines.

On parle d’un régime à consommation modérée de protéines si 10 à 19 % des calories sont consommées sous forme de protéines, alors que dans un régime à faible teneur en protéines, ce n’est que 10 %.

Ainsi, si vous consommez 2000 kilocalories (kcal) par jour, vous suivez un régime riche en protéines si vous en consommez 400 kcal, surtout sous forme de protéines animales. 400 kcal sont contenues dans les aliments suivants, par exemple (la spécification kcal fait référence à la teneur en protéines) :

Les protéines végétales sont meilleures

Les résultats de l’étude du Dr Longo appuient les recommandations officielles actuelles en matière de consommation quotidienne de protéines. Selon ces recommandations, la consommation quotidienne de protéines ne devrait pas dépasser 0,8 gramme par kilogramme de poids corporel.

Une personne de 70 kilos serait donc bien servie avec environ 56 grammes de protéines par jour, dont une grande partie devrait provenir de sources végétales.

En effet, selon l’équipe de Longos, les protéines végétales (comme celles des légumineuses) n’ont pas les mêmes effets négatifs sur la santé que les protéines animales, c’est-à-dire qu’elles n’entraînent pas de décès prématuré ni n’augmentent le taux de cancer.

Des quantités modérées de protéines présentent également des risques pour la santé

Aujourd’hui, cependant, la majorité des habitants des pays industrialisés consomment deux fois plus de protéines que ce qui est recommandé. Il serait donc logique, selon le Dr Longo, de réduire de façon drastique l’apport quotidien en protéines.

Dans la présente étude, même des quantités modérées de protéines animales ont eu des effets défavorables sur la santé. Il semble que ceux qui consomment des quantités modérées de protéines ont trois fois plus de risques de mourir d’un cancer que ceux qui suivent un régime pauvre en protéines.

Dans le même temps, ceux qui modifient leur régime alimentaire et commencent à manger des aliments pauvres en protéines peuvent réduire de 21 % leur risque de mourir prématurément.

Des tests sur des souris et des cultures cellulaires ont confirmé les résultats de l’étude californienne dans chaque cas. Les animaux se sentaient également plus mal à mesure qu’ils consommaient des protéines. En revanche, les souris qui suivent un régime pauvre en protéines ont moins de chances de développer un cancer et si elles tombent malades, les tumeurs sont 45 % plus petites que celles des mangeurs de protéines.

Faible teneur en protéines jusqu’à 65, puis plus de protéines

Chez l’homme, un régime pauvre en protéines aurait un effet très positif sur l’espérance de vie et la santé, surtout s’il est pratiqué à partir de l’âge moyen (40 ans et plus).

À un âge plus avancé (65 ans et plus), il peut être utile d’augmenter l’apport en protéines, en particulier pour les personnes qui sont en sous-poids ou qui sont émaciées en raison d’une maladie et ont besoin de se constituer une nouvelle masse musculaire.

Vivre plus longtemps avec les protéines végétales

En août 2016, les résultats de l’étude ont de nouveau été publiés (dans JAMA Internal Medicine), qui ont également montré qu’un régime alimentaire riche en protéines animales augmente la mortalité, de sorte que l’on peut vivre plus longtemps avec un apport en protéines végétales.

Il s’agit de la plus grande étude à ce jour consacrée aux effets de diverses sources de protéines sur la santé humaine. Les chercheurs ont analysé les données de la Nurses’ Health Study (NHS) et de la Health Professionals Follow-up Study (HPFS), avec un total de plus de 170 000 participants, qui ont été scientifiquement observés sur une période de plus de 30 ans.

Il a été constaté que la consommation de protéines animales (viande, œufs, produits laitiers) semblait raccourcir la vie, ce qui n’était pas le cas de la consommation de protéines de préférence végétales (pain, flocons, pâtes, légumineuses et noix).

Mais pourquoi les protéines animales, consommées en excès, constituent-elles un problème si grave ?

Les protéines animales font grossir le cancer

Les protéines, en particulier les protéines animales, augmentent le niveau d’IGF-1, c’est-à-dire le niveau des hormones de croissance. Ceux-ci permettent la croissance, la régénération et la construction musculaire. Mais en même temps, ils provoquent également la croissance de tumeurs cancéreuses et sont donc associés à un risque accru de cancer.

Si les taux d’IGF-1 sont mesurés et liés à l’apparition d’un cancer, on peut observer que plus le taux d’IGF-1 augmente, plus la probabilité d’un cancer mortel est élevée.

« Presque tout le monde a des cellules cancéreuses ou des croissances précancéreuses en son sein », explique le Dr Longo.

« La question est de savoir si elle va se transformer en tumeur. Le cancer va-t-il se développer ? Ou bien reste-t-elle inaperçue et est-elle éliminée par le système immunitaire en quelques jours ? Sa croissance ou non dépend en grande partie de la quantité de protéines consommées ».

Poudres de protéines végétales : des protéines sans risques et sans effets secondaires

Cependant, à partir de 65 ans, le taux d’IGF-1 chute souvent de façon spectaculaire, ce qui peut alors entraîner une perte musculaire et une fragilité. Les protéines peuvent alors aider à stopper ce développement lié à l’âge.

Cela ne signifie pas pour autant qu’à partir de 65 ans, il faille soudain recommencer à manger des protéines animales sous forme de viande, de saucisse, de lait et de fromage. Un besoin accru en protéines peut également être couvert sans problème avec des aliments végétaux, comme nous l’avons décrit ici : Couvrir le besoin en protéines végétaliennes

Si nécessaire, on utilise une poudre de protéine végétale, comme la protéine de riz, de pois, de chanvre ou de lupin.

De plus, les protéines végétales aident non seulement à répondre aux besoins en protéines, mais elles ont également de nombreuses propriétés positives qui améliorent notre santé.

Vous pouvez tout lire sur les protéines végétales ici : Protéines végétales : L’alimentation électrique

Remplacer les protéines animales par des protéines végétales

Par conséquent, remplacez une grande partie des aliments d’origine animale (viande, saucisse, fromage, produits laitiers) par des sources de protéines végétales et réduisez ainsi votre consommation de protéines animales. Les protéines végétales sont présentes dans tous les aliments végétaux. Les fruits ont la plus faible teneur en protéines. On trouve des quantités plus importantes de protéines dans les légumineuses, les oléagineux (graines de tournesol, graines de courge, etc.), les noix, les céréales, les produits à base de lupin et les pseudo-céréales (quinoa).

Cinq moyens pour assurer la réduction de la consommation de viande
Le foie gras peut être causé par la viande

Plan du site